Paralysie d’un nouveau-né après des manoeuvres obstétricales : indemnisation par l’ONIAM

Actualités

Si l’accouchement par voie basse constitue un processus naturel, les manoeuvres obstétricales pratiquées par un professionnel de santé lors de cet accouchement caractérisent un acte de soins au sens de l’article L. 1142-1 du code de la santé publique. Si l’élongation du plexus brachial est une complication fréquente de la dystocie des épaules, les séquelles permanentes de paralysie ne représentent que 1 % à 2, 5 % des cas, de sorte que la survenance d’un tel dommage présente une faible probabilité caractérisant son anormalité et justifiant que l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux (l’ONIAM) soit tenu à indemnisation au titre de la solidarité nationale

Cass. 1re civ., 19 juin 2019, n° 18-20.883, Publié au bulletin.

 

 

×